Améliorer la qualité du geste chirurgical – Workpackage 1

Digital Urology 3D organise plusieurs volets ou « workpackages », chacun consacré à un objectif spécifique du projet. Le workpackage (WP 1) se concentre sur le développement et l’évaluation de nouvelles solutions 3D virtuelles pour la chirurgie guidée par l’image. Celui-ci met particulièrement l’accent sur la néphrectomie partielle assistée par robot. En effet, les dernières technologies de réalité virtuelle ou réalité augmentée, promettent de meilleurs résultats pour les chirurgies du cancer du rein.

De plus, les logiciels 3D et de réalité augmentée, couplés à des modèles 3D, permettent de guider, améliorer et sécuriser l’acte chirurgical.

Digital Urology workpackages améliorer procédures chirugicales

Evaluation de la technique 3D-IGRAPN

La première phase consistera à évaluer une technique de chirurgie robotique guidée par l’image et assistée par modèle 3D. La technique 3D-IGRAPN, mise au point par le professeur Jean-Christophe Bernhard et son équipe du CHU de Bordeaux. Celle-ci donnera lieu à une étude clinique randomisée et multicentrique, l’étude « ACCURATE » (UroCCR n° 99). Menée de 2023 à 2027 dans toute la France et portée par le CHU de Grenoble, partenaire du projet.

Cette évaluation menée sur des tumeurs rénales de complexités modérées ou élevées. Celle-ci aura pour objectif de comparer l’efficacité, la sécurité et la préservation de la fonction rénale. Que ce soit avec ou sans l’utilisation de cette technique.

Evolution de la technique 3D-IGRAPN

Deuxième phase : une fois évaluée, la technique sera améliorée grâce à l’ajout d’un logiciel de réalité augmentée et d’un algorithme développés spécifiquement et validés par des tests pré-cliniques.

Ce dispositif destiné à la chirurgie rénale laparoscopique robotique. Celui-ci consistera à superposer à l’image du rein pendant l’intervention, le modèle 3D réalisé en amont par le chirurgien à l’aide du logiciel Synapse 3D de Fujifilm afin de guider le chirurgien. La tumeur ainsi que les différentes structures de l’organe seront visibles pour optimiser la procédure du chirurgien.

Evaluation de la nouvelle technologie

Enfin, une étude monocentrique (UroCCR n°112) sera menée auprès de 40 patients du CHU de Bordeaux pour évaluer la fiabilité et la précision de la technologie développée. Elle servira également pour définir ses modalités d’utilisation, la performance ressentie par le chirurgien ainsi que les suites opératoires.

Voir le Workpackage 2

Voir le Workpackage 3